¤2. Ecriture, mémoires d’un métier – Stephen King

P_20180327_200314_1_1

 

Si vous êtes capable de prendre l’écriture au sérieux, nous pouvons faire affaire »

Après avoir lu le livre de Stephen King (et presque stabiloté tout le contenu…), je vous énumère ici les grandes idées et les précieux conseils de ce talentueux écrivain :

  1. Enlevez tout mot inutile.
  2. Le directeur littéraire a toujours raison

Ecrire est humain, corriger est divin.

3. Il n’existe pas de décharge à idées.

L’inspiration de Stephen King lui vient à partir de deux idées sans rapport qui mises en contact produisent quelque chose de nouveau. Il ne faut pas trouver ces idées mais les identifier lorsqu’elles font leur apparition.

4. Les lettres de refus font partie de la panoplie de l’écrivain

 » A seize ans, il n’y avait plus assez de places sur mon clou pour toutes les lettres de refus que j’avais empalées.

5. Édifiez votre endroit pour voir loin

Mettez votre bureau dans un coin. Il faut une atmosphère de travail sereine et une porte pour ne pas être sans arrêt dérangé ou troublé.

Votre boite à Outils

1er compartiment 

  • Le vocabulaire :

Ne faites aucun effort conscient pour l’améliorer. Le temps s’en chargera, à force de lectures. Soyez simple et direct et utilisez le premier mot qui vous vient à l’esprit s’il est approprié et expressif.

  • La grammaire :

Elle est le bâton sur lequel vous vous appuyez pour que vos pensées partent du bon pied et cheminent.

Évitez la voix passive !

L’adverbe n’est pas un ami !

N’ayez pas peur que le lecteur ne vous comprenne pas. Un bon texte peut souvent être le fruit d’une attitude: celle de quelqu’un qui n’a plus peur et qui est sans affectation.

2ème compartiment 

  • Le paragraphe :

Le paragraphe idéal comporte une phrase présentant le sujet, suivie d’autres qui expliquent ou amplifient la première.

Laissez le paragraphe s’imposer de façon naturelle.

S’il faut donner un coup d’accélérateur, c’est au niveau du paragraphe que cela se passe. Il faut trouver le bon rythme !

L’écriture

   6. N’approchez pas la page blanche à la légère

   7. Lire beaucoup et beaucoup écrire

Il faut lire pour se familiariser avec le médiocre et le carrément nul et changer de cap lorsqu’ils s’immiscent dans nos propres textes, juger de tout ce qui peut être fait mais aussi se familiariser avec des styles différents.

Si vous n’avez pas le temps de lire, vous n’avez pas le temps d’écrire, ni les instruments pour le faire.

Emportez un livre avec vous partout où vous allez !

 8. L’écriture du premier jet d’un roman ne devrait pas vous prendre plus de 3 mois.

   9. Fixez-vous un objectif.

Pour Stephen King, il s’agit de 2000 mots par jour, tous les jours.

   10. N’attendez pas Monsieur Muse ! 

   11. Commencez par écrire des textes inspirés par ceux que vous aimez en tant que lecteur. 

Ecrivez ce que vous avez envie d’écrire, insufflez-y de la vie et rendez votre texte unique en y mêlant ce que vous savez de l’existence, de l’amitié, des relations humaines etc.

12. Une histoire comporte 3 éléments : La narration, la description et les dialogues. 

  • L’histoire est honorable, on peut lui faire confiance, l’intrigue est sournoise, autant la maintenir en résidence surveillée.
  • Les descriptions font du lecteur un participant sensoriel. Il faut savoir ne pas trop en dire. Une description commence dans l’imagination de l’écrivain et doit s’achever dans celle du lecteur. Le contexte et la texture sont bien plus importants. Mettez quelques détails bien choisis.
  • En ce qui concerne les dialogues, il ne faut jamais expliquer quelque chose que l’on pourrait montrer. Le secret du dialogue réside dans l’honnêteté. Vous devez dire la vérité si vous voulez que vos dialogues aient de l’impact et du réalisme.

   13. Les meilleurs romans finissent toujours par avoir les gens pour sujet plutôt que les événements.

Mais à la fin, l’histoire doit toujours être le patron.

14. Regardez et écoutez avec acuité et transcrivez ce que vous avez vu et entendu. 

Ecriture et Réécriture

 15. Deux moutures et une réécriture de finition.  

La première mouture est le brouillon de l’histoire.

  • Attendez au moins 6 semaines pour commencer la deuxième mouture.
  • Commencez par corriger l’orthographe et relever les incohérences.
  • Identifiez les trous les plus importants dans la trame de l’histoire ou dans l’élaboration des personnages.
  • Recherchez la résonance, c’est à dire quelque chose dont l’écho se répercutera encore un peu de temps dans l’esprit du lecteur.
  • Ajoutez des scènes qui renforcent le sens ou faites disparaître les choses qui vont dans d’autres directions.

Ensuite, prenez le temps d’ouvrir la porte de votre bureau et de montrer votre travail à votre Lecteur Idéal.

   16. Version 2 = Version 1 – 10%

Pratiquez des coupures pour accélérer le rythme.

 

Voila, vous savez tout, alors à vos stylos !

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close