Que vaut mon roman?

Lorsqu’on a enfin terminé son roman, qu’on a écrit le mot fin sur la dernière page et qu’on regarde ces feuilles de papier avec soulagement et fierté, le répit est de courte durée. En effet, un travail aussi important que l’écriture elle-même nous attend, c’est la ré-écriture. Il est temps de commencer la deuxième mouture de son roman; réorganiser les chapitres ou les paragraphes, enlever le superflu, ôter les répétitions, corriger les fautes, mettre en page, relire, relire et relire encore…

On passe des semaines la tête dans son roman qu’on finit par connaître par cœur et il arrive un moment où on a l’impression de se noyer dedans. On se demande si le lecteur ne va pas se perdre dans toutes ces intrigues secondaires, si ce paragraphe est vraiment utile, si le personnage ne fait pas un peu cliché, si le suspense est bien présent, si l’écriture est agréable et fluide. Ne devrais-je pas enlever ça ou ça? Et si au contraire, j’ajoutais quelques détails ?

Et partir de ce moment là, le paracétamol est ton grand ami !

Tu décides donc de donner ton manuscrit à tes proches pour qu’ils te disent ce qu’ils en pensent, pour avoir une première impression.  Mais comme tu t’y attendais (la famille n’étant jamais très objective) les éloges pleuvent et il n’y a pas assez de superlatifs pour décrire ton « chef-d’oeuvre ».

Bref, tu n’es pas plus avancé pour la réécriture de ton roman.

C’est pour cela qu’après avoir fait des recherches pour trouver quelques professionnels prêts à me donner leur avis, je suis tombée sur Comite-de-lecture.com 

C’est une association de lecteurs engagés qui se propose gratuitement de lire de manière approfondie votre texte et de répondre par une fiche de lecture argumentée.

Je leur ai envoyé mon texte l’année dernière et un monsieur très gentil et très professionnel m’a envoyé un retour (plus d’une page) en détaillant les points positifs et négatifs de mon texte. C’est ainsi que j’ai pu ré écrire avec une ligne directrice fiable mon premier roman en musclant le récit et en modifiant quelques termes.

Aujourd’hui, ils reçoivent beaucoup de manuscrits, ils ne sont donc plus en mesure de lire tous ceux qui leur parviennent.  Il faut donc leur envoyer un pitch alléchant ainsi que le nombre de pages.

Cette association m’a beaucoup aidée et je les remercie pour leur retour.

J’ai également eu des retours de maisons d’édition ( notamment une grande maison) qui malgré leur refus m’ont encouragée à continuer en quelques phrases, ce que je trouve encourageant étant donné le nombre de maisons qui, de par la profusion de manuscrits qu’ils reçoivent, n’ont pas le temps d’expliquer leur refus.

Vous trouverez également dans la rubrique Lectures, les livres que je vous conseille pour l’écriture de votre roman.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close